Blind dating : l’essentiel est invisible pour les yeux

C’était le dernier rendez-vous de Sport2Job 2015. Le 6 octobre dernier, au Stade des Alpes, un job dating hors normes a clôturé le premier challenge inter-entreprises « handicap et emploi ». Un rendez-vous atypique qui, comme ses aînés, a bousculé tous les codes.

Imaginez un entretien d’embauche à l’aveugle : vous ne voyez ni votre interlocuteur, ni la pièce dans laquelle vous êtes assis. Vous entendez seulement la voix de la personne qui vous fait face, sans savoir comment elle est habillée, quelle est l’expression de son visage ou comment bougent ses mains sur la table. Pour les déficients visuels, cette situation est tout-à-fait normale. Pour les autres, elle est plutôt déstabilisante. « Et elle supprime la première impression visuelle, bien souvent très polluante », affirme Stéphane Rivière, fondateur de Talentéo et organisateur de Sport2Job.

Stade des Alpes (crédit photo : Talentéo)

Stade des Alpes (crédit photo : Talentéo)

Un job dating pédagogique

Composé de trois sessions de 10 à 15 minutes chacune et suivies d’un petit débriefing sans masque voué à poursuivre l’échange et, pour le candidat, à recevoir les conseils avisés du recruteur, ce job dating dans le noir avait plusieurs objectifs : bousculer les règles de l’entretien classique, aider les candidats en situation de handicap à améliorer leur présentation face à un recruteur et démontrer que seule la compétence doit compter. « Après l’entretien, j’ai bénéficié d’un retour sur ma manière de me présenter. C’est intéressant de savoir ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas », estimait Antoine, candidat. Ce sont ainsi 30 entretiens qui ont été réalisés ce mardi soir dans les entrailles du Stade des Alpes.

Voir au-delà du handicap

Pour tous les participants, ce blind dating a commencé par être perturbant. Voire un peu angoissant ! « J’appréhendais au départ, puis je me suis adaptée dès le premier entretien », avouait Inès Scaringella de STMicroelectronics. « En fait, on est beaucoup plus attentif et concentré. » Avec un masque opaque sur les yeux, impossible de nourrir des préjugés sur l’apparence du candidat. Et, pour ce dernier, pas le choix : il faut être authentique et se livrer sans guetter un signe d’assentiment ou de désapprobation chez le recruteur.

« La formule à l’aveugle permet d’enlever le premier masque et les a priori que l’on a sur une personne en la voyant », affirmait Odile, candidate. « C’est surprenant au début, mais ça déstabilise de manière positive. » Le concept bouscule tellement les habitudes que certaines conversations ont spontanément été placées sous le signe du tutoiement mutuel. Une proximité totalement improbable lors d’entretiens classiques !

Notre parrain, Nassim Akrour avec Stéphane Rivière (crédit photo : Talentéo)

Notre parrain, Nassim Akrour avec Stéphane Rivière (crédit photo : Talentéo)

Sport2Job, un projet qui séduit

Le 6 octobre dernier, les fidèles de Sport2Job ont répondu présent (CEA, STMicroelectronics, Schneider Electric, Air Liquide, Go Sport, Execo) et ont même été rejoints par d’autres entités séduites par le concept (Becton Dickinson, ville de Grenoble). Honoré par la présence de son parrain, le footballeur du GF38 Nassim Akrour, ce dernier événement de Sport2Job ponctuait une année réussie qui s’achèvera le 24 novembre prochain avec une cérémonie de clôture. Le GF38, partenaire de la première heure de Sport2Job et représenté par son manager général, Max Marty, a d’ailleurs offert des places à tous les participants pour l’un des prochains matches de l’équipe.

Intégré au mois de l’accessibilité de Grenoble, le blind dating a confirmé non seulement la pertinence de Sport2Job, mais aussi son efficacité. Fort de plusieurs embauches, le projet a aussi donné lieu à de véritables déclics. Comme pour Arnaud, bénévole ce mardi soir et jeune diplômé qui n’envisageait pas une seconde s’engager en alternance. « J’ai découvert le dispositif lors du Café Emploi à la Belle Electrique et là, je me suis dit : pourquoi pas ? J’ai trouvé un contrat dans le domaine du web développement et je commence dans quelques semaines. » Arnaud partira ainsi en région parisienne pour une alternance prometteuse. Comme quoi, Sport2Job, ça marche !

Vous avez vous aussi bénéficié des effets positifs de Sport2Job ? Témoignez !

A lire également :